Evvivaaa ! par Cathy Venturelli, Formatrice en Croissance Evolutive

Pour et Vers Une Meilleure Approche Globale de la Personne

Evvivaaa ! par Cathy Venturelli, Formatrice en Croissance Evolutive - Pour et Vers Une Meilleure Approche Globale de la Personne

Médecines Complémentaires : Thérapies Adaptées – 2/2

Thérapies Adaptées – 2/2

therapies adaptees

Notre Corps

Notre Corps est formé d’un ensemble de systèmes, systèmes fonctionnant ensemble.

Les Systèmes du Corps Humain

  1. Système circulatoire : le coeur est une pompe qui fait circuler le sang dans tout le corps
  2. Système respiratoire
  3. Cerveau et système nerveux
  4. Système endocrinien : libère les hormones dans le sang
  5. Système de reproduction féminin
  6. Système de reproduction masculin
  7. Système urinaire féminin
  8. Système urinaire masculin
  9. Système digestif : la nourriture est broyée et digérée
  10. Système lymphatique : charrie les fluides superflus et d’autres déchets
  11. Yeux
  12. Oreilles, nez, gorge et bouche
  13. Peau et système pileux
  14. Systèmes musculaire et osseux : sont la structure du corps

Les médecines complémentaires s’attachent à équilibrer ces systèmes afin qu’ils fonctionnent de façon efficace.

Le système immunitaire est pris en grande considération, car c’est lui qui combat les infections.

Un système immunitaire fort est un gage de bonne santé, et la plupart des traitements complémentaires ont pour but d’améliorer ou de stimuler un système peut-être déficient, ou affaibli par un certain nombre de problèmes.

« Mieux vaut prévenir que guérir »

tel est le mot d’ordre des médecines complémentaires !

Le système immunitaire est le terrain idéal pour commencer des traitements préventifs.

Un système immunitaire sain conjure les maladies, permet de combattre les infections et les allergies, et aide à un prompt rétablissement.

Nombre des thérapies énumérées dans mes précédents articles portant sur le sujet; stimulent le système immunitaire et assurent le bon fonctionnement des autres systèmes du corps.

Les Ennemis

Les facteurs d’affaiblissement du système immunitaire sont :

  • les blessures
  • les opérations chirurgicales
  • l’usage abusif des antibiotiques
  • certaines drogues
  • les problèmes digestifs
  • la mauvaise alimentation
  • la pollution
  • le stress
  • les problèmes génétiques
  • les maladies
  • la fragilité héréditaire

L’usage des médecines complémentaires en parallèle avec des traitements conventionnels.

On peut utiliser la plupart des médecines complémentaires en parallèle avec des traitements classiques à condition d’en informer son généraliste (comme je vous disais dans la première partie de ce sujet).

Des médicaments classiques peuvent ainsi annihiler l’effet de certains traitements homéopathiques (voir première partie du sujet ici également).

Les plantes ou les huiles essentielles peuvent influer sur certaines maladies.

Il est possible que votre généraliste connaisse un peu les médecines complémentaires, et même y ait recours.

Demandez-lui de vous recommander un thérapeute.

L’homéopathie, la chiropraxie, la thérapie nutritionnelle et l’ostéopathie sont maintenant reconnues et en général admises par la médecine traditionnelle.

Si vous êtes enceinte ou si vous souffrez d’une maladie chronique, consultez un médecin avant tout traitement complémentaire.

Et souvenez-vous  : vous devez parler à votre thérapeute complémentaire des médicaments classiques que vous prenez.

Pour plus de sûreté

Des thérapies peuvent ne pas convenir à certains cas, groupes d’âge ou certaines maladies.

Vous devez toujours signaler à votre thérapeute les maladies dont vous souffrez.

Aussi, chez la femme enceinte, certaines huiles essentielles peuvent provoquer des contractions et déclencher une fausse couche (l’huile essentielle de thym – en phytothérapie : la sauge).

Par ailleurs, certaines maladies des os ne doivent jamais être traitées par l’ostéopathie et la chiropraxie, et votre thérapeute doit connaître parfaitement votre état de santé afin d’envisager le meilleur traitement possible.

Selon la gravité de leur cas, les bébés, les enfants et les personnes âgées réagissent très bien à la plupart des thérapies, bien que certaines leur conviennent mieux que d’autres.

Les médecines complémentaires augmentent le sentiment de bien-être et, même si vous mettez du temps à vous débarrasser d’un problème ancien, vos autres soucis de santé disparaîtront et vous vous sentirez en bien meilleure forme. 

Attention donc => 

Consultez toujours un thérapeute

qui a suivi une formation,

qui est qualifié et

qui a une existence légale.

Demandez à voir ses diplômes !

A suivre ;-)

Bien amicalement,

Cathy Venturelli

venturelli baronville and co

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (8 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +8 (from 8 votes)
Médecines Complémentaires : Thérapies Adaptées - 2/2, 10.0 out of 10 based on 8 ratings
  • Muriel Brendel a dit :

    Je souhaite ici apporter mon témoignage car mon conjoint souffre de la maladie de Ménière depuis quelques années maintenant.

    Celle-ci se manifeste par des crises de vertige intenses avec vomissements, acouphènes et la médecine traditionnelle ne nous propose aucune solution, si ce n’est que de vivre avec ces crises. De plus, à chacune d’elles, il perd peu à peu son audition.

    Il y a environ 3 ans, ces crises avaient lieu jusqu’à deux à trois fois par semaine, survenant brutalement, que mon mari soit en voiture, ou en train de dormir….Sa vie était devenue un cauchemar. Il était épuisé physiquement et moralement, et désespérait de se savoir condamner à vivre avec cela.

    Sur les conseils d’un ami, nous sommes allés consulter un thérapeute ostéopathe : Celui-ci a pris en charge mon mari après un interrogatoire complet, la consultation de ses examens radiologiques et compte-rendus médicaux et a permis dans un premier temps d’espacer les crises.

    A ce jour, il en est arrivé à lui éviter les crises. Bien sur il n’a pas pu lui rendre l’audition perdue mais il lui a permis, ainsi qu’à nous ses proches, de retrouver une belle qualité de vie.

    Le sentiment de bien-être est retrouvé et le recours à cette médecine complémentaire a vraiment été un bienfait pour mon époux malade et pour nous ses proches.

    Je conseille vivement à ceux et celles n’ayant pas trouvé de réponse dans la médecine traditionnelle à se tourner vers les médecines complémentaires.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    • Cathy Venturelli a dit :

      Bonsoir Muriel et merci pour ton témoignage,

      Maladie de Ménière… de tout coeur avec ton mari !

      =>> Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, voici quelques explications, avis et conseils =>

      * La Maladie de Ménière est une affection de l’oreille interne. Elle provoque des étourdissements/vertiges, des nausées et des vomissements, une sensation de plénitude auriculaire, des sifflements et des bourdonnements d’oreille et une certaine perte de l’audition.

      * Cette affection survient sans signe d’alerte. Ses crises sont intermittentes, et peuvent se répéter tout au long de la vie des personnes atteintes pouvant cependant mener leurs activités tout à fait normalement entretemps.

      *L’affection touche entre 2 et 6 personnes sur 1 000, tant les hommes que les femmes, et elle se déclare généralement quand ils ont entre 20 ans et 50 ans.En général, une seule oreille est affectée, bien que dans 10 % à 15 % des cas de la maladie de Ménière, les deux oreilles soient atteintes.

      * On ne connaît pas l’origine de la maladie de Ménière… On pense que ses symptômes sont liés à un excès de liquide dans l’oreille interne. Il arrive que ce liquide riche en potassium déchire la membrane interne de l’oreille et s’écoule vers le liquide pauvre en potassium de l’oreille externe. Ce mélange provoque une réaction chimique qui bloque le système d’équilibre de l’oreille interne jusqu’au rétablissement de l’équilibre normal entre les liquides. Les vertiges, la nausée, les vomissements, la sensation de plénitude auriculaire, les tintements d’oreille et une certaine perte de l’audition sont autant de symptômes d’une crise provoquée par la maladie de Ménière.

      * Une personne atteinte de cette affection a généralement une ou plusieurs crises par an, de façon isolée ou consécutive. Les crises durent d’environ 20 minutes à 24 heures et elles s’apaisent progressivement. Pendant un accès de vertige, la personne atteinte a l’impression que le monde tourne autour d’elle. Elle vacille de droite à gauche sur ses jambes et, parfois elle peut même tomber. Ces chutes sont désignées chutes brutales sans prodromes (sans symptômes avant-coureurs) ou catastrophes otolithiques de Tumarkin. La personne atteinte de la maladie de Ménière ressent également des acouphènes, qui sont des tintements, des sifflements ou des bourdonnements dans l’oreille atteinte, et ils peuvent durer, varier ou disparaître.

      * Les acouphènes peuvent s’aggraver pendant, juste avant ou juste après un accès de vertige.

      * Les personnes atteintes de la maladie de Ménière ont également de la difficulté à entendre adéquatement les voix et la musique. Souvent, leur faculté auditive redevient normale entre les crises, mais avec le temps, leur acuité auditive baisse. Une personne subissant une crise de la maladie de Ménière peut également souffrir de maux de tête, devenir pâle, transpirer, observer un ralentissement du pouls, se sentir nauséeuse et vomir. Une personne atteinte de cette affection peut vivre pendant des années sans avoir de crises et parfois même de n’en avoir plus jamais. Entre les crises, elle se sent bien.

      * Toutefois, avec le temps, l’acuité auditive baissera dans une oreille, ou les deux, souvent progressivement.

      * Comme les vertiges sont imprévisibles, les personnes atteintes de la maladie de Ménière ont toujours peur d’avoir un accès de vertige, et par conséquent elles évitent souvent de conduire ou de faire fonctionner des machines.

      =>> Si vous avez subi des crises sans symptômes avant-coureurs, votre médecin doit vous déconseiller de conduire. Votre médecin passera en revue vos symptômes et vos antécédents médicaux, et il procédera à un examen physique. Des tests de l’audition et d’autres examens de laboratoire de la fonction auditive seront également effectués. Une imagerie par résonance magnétique (une IRM) pourrait lui sembler indiquée pour mettre en évidence la présence possible d’une tumeur cérébrale.

      * À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement curatif de la maladie de Ménière. Les traitements comprennent l’acupuncture, la phytothérapie et divers médicaments : des diurétiques, des vasodilatateurs et un régime pauvre en sel aident à atténuer les symptômes en évacuant le liquide présent au niveau de la tête et des oreilles, et en maintenant l’équilibre des liquides dans l’organisme. Le renoncement à la consommation de caféine et d’alcool peut également s’avérer bénéfique. Les diurétiques sont des médicaments qui incitent les reins à excréter davantage de liquide, de sel et de potassium que la normale. La prise de ces médicaments entre les crises pourrait espacer leur fréquence. Les personnes qui emploient des diurétiques doivent aussi prendre un complément en potassium pour compenser le potassium éliminé sous l’action de ces médicaments.Des antinauséeux sont également utiles sous forme de comprimés ou de suppositoires. La musicothérapie pourrait les soulager et « masquer » les acouphènes ou les bruits perçus par l’oreille.

      * Certaines personnes utilisent un masque d’acouphène, un petit appareil électronique qui se place derrière les oreilles. Il émet des sons à faible volume qui masquent la sensation de bourdonnement d’oreille.

      * Si ces traitements ne sont pas efficaces, souvent, on parle alors d’intervention chirurgicale mais attention; ce n’est cependant pas toujours une solution efficace et des lésions pourraient survenir au niveau des oreilles. Une intervention chirurgicale appelée labyrinthectomie soulage généralement les vertiges, mais elle provoque une perte complète de l’audition et de l’équilibre dans l’oreille affectée.

      * Une autre intervention chirurgicale consiste à sectionner le nerf de l’organe de l’équilibre situé dans l’oreille moyenne. Tout comme la labyrinthectomie, cette opération soulage les étourdissements. Cependant, contrairement à la labyrinthectomie, elle préserve souvent l’audition de l’oreille opérée. Cette intervention est plus compliquée, elle entraîne un séjour plus long à l’hôpital et elle risque d’endommager d’autres parties de l’oreille..

      La décompression du sac endolymphatique est une autre intervention chirurgicale souvent utilisée pour les personnes souffrant d’étourdissements, mais qui entendent bien. Cette opération peut atténuer les étourdissements tandis qu’elle préserve habituellement l’audition de l’oreille opérée.

      =>> Malgré cela, dans environ 4 % des cas, l’état de l’audition s’aggrave et en général les acouphènes persistent.

      * Enfin, le recours à un tube en plastique pour favoriser l’écoulement du liquide de l’oreille ne fournit généralement pas le résultat escompté.

      * On peut aussi utiliser des substances chimiques pour détruire complètement ou partiellement des fonctions d’équilibre de l’oreille. On introduit le médicament dans l’oreille moyenne au travers du tympan, au moyen d’un tube. Il détruit certaines cellules auditives, mais réduit la gravité des crises de vertige et permet d’avoir une audition suffisante pour mener une vie normale. Toutefois, il y a toujours un risque de surdité.

      * Je peux te conseiller de te rapprocher d’une personne qui est dans le même cas que toi Muriel, je t’envoie cela en privé via Skype (elle est à la tête un groupe de plus ou moins 50 personnes qui parlent de cette maladie et se soutiennent mutuellement) ainsi qu’une page professionnelle traitant de la fibrillation auriculaire.

      Tiens-moi au courant de son état de temps en temps et remercie cet ostéopathe pour moi de prendre soin de lui ;-)

      Bon courage à vous, à lui, et merci encore pour ton partage sur les thérapeutes et leur efficacité à aider.

      Bien amicalement,
      Cathy Venturelli

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 0 votes)